warning Si vous constatez un dysfonctionnement sur le Réseau Météo français, veuillez me tenir informé. Merci d'avance ! warning

Flux RSS de meteo-paris.com


Une parenthèse fraîche au sein d'un été chaud

Cette troisième semaine de juillet a été marquée par la 3ème vague de chaleur depuis le début de l'été, la quatrième depuis mai.



Une parenthèse très fraîche au coeur de cet été très chaud est désomais de mise. Une perturbation active s'enfonçant jusque vers les Pyrénées et les Alpes entre dimanche et lundi a délimité ce rafraîchissement. De fréquentes averses et les bourrasques de vent attendues lundi et mardi accentuent son ressenti, plus encore près du Benelux et de l'Allemagne.


WXCharts

Ce n'est qu'en seconde partie de semaine que la masse d'air redeviendrait plus estivale par le Sud-Ouest.


WXCharts

Durant cette période, des chutes de neige se produisent sur les Alpes, jusque vers 2600 m côté français, plus bas en Suisse et en Autriche. A contrario, le bassin méditerranéen conserve des températures plus élevées que ne le laissent supposer les cartes de masse d'air du fait des vents de terre favorisant des effets de foehn.

Suivez l'évolution des prévisions via notre bulletin national cartographié mis à jour quotidiennement.





 

Publié le 24 juillet 2017 @ 08:48

Bulletin de niveaux des nappes phréatiques en juillet

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (établissement public de référence en France) a publié son bulletin de situation des nappes phréatiques de ce mois de juillet.

Les deux tiers des nappes (74%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Cette situation assez dégradée est la conséquence du déficit de recharge hivernale de cette année. Seuls quelques rares secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne comme au sud du Bassin parisien et sur le secteur de Nîmes et Montpellier. Inversement, la vallée du Rhône au sud de Lyon présente des niveaux très bas (bulletin complet).



La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit désormais une situation de basses eaux avec 87% des points orientés à la baisse. Le phénomène s’est fortement accéléré au cours des derniers mois. Cette situation n’est pas totalement inhabituelle pour la période estivale mais elle est tout de même précoce. La période de bascule entre hautes et basses eaux semble dépassée.


 

Publié le 24 juillet 2017 @ 07:12

1816, l'année sans été

Le 5 avril 1815, la plus puissante éruption volcanique documentée par l'homme débutait sur le Tambora sur l'île de Sumbawa en Indonésie (estimée à 10 000 fois les bombes d'Hiroshima et de Nagasaki réunies). Les explosions ont été entendues à plus de 1400 km de distance. Paris intramuros serait couverte d'une épaisseur de 1000 m si la totalité du dépôt y était ramené. Des raz-de-marée s'abattirent sur les îles à plusieurs centaines de kilomètres de distance. L'évènement fit au moins 60 000 victimes. 


Wetteronline

Cet éruption titanesque influença grandement le climat, conséquence directe de l'injection en haute atmosphère des 100 millions de tonnes d'aérosols produits. Ces derniers ont notablement modifié l'albédo de notre atmosphère en augmentant sa capacité à renvoyer vers l’espace l’énergie lumineuse du soleil et donc, les infrarouges qui apportent la chaleur. 

L'année 1816 est ainsi connue comme "l'année sans été". En Europe Occidentale, des températures bien en-dessous des normales et des pluies abondantes détruisirent des récoltes, en France notamment. Des vents du Nord persistants ont poussé la banquise polaire à proximité des côtes islandaises jusqu’à la mi-juillet. La dépression d’Islande, située plus au Sud-Est que d’habitude, provoqua un courant d’Ouest à Nord sur la région alpine fréquemment enneigée et de fréquentes situations de mistral et tramontane en Méditerranée.



Anomalie de température (par rapport à la moyenne 1901-1960) - été 1816 - Pfister via Météo Suisse


Observations météo à Paris en juillet 2016 - Météo-France

En juillet 1816, les précipitations à Genève furent 2,5 fois plus abondantes que la normale avec 19 jours de pluie. Mary Shelley et Lord Byron, qui y séjournaient, ont fait d'ailleurs l'expérience de ce mauvais temps. Reclus dans leur villa au bord du lac Léman, ils créeront deux chefs d'œuvre de la littérature : « Frankenstein » et le poème « Ténèbres ».

Aux Etats-Unis, des chutes de neige furent recensées en juin dans le Maine et vers New York. La glace était encore observée sur les lacs en plein été en Pennsylvanie. Les récoltes furent détruites avant même d'arriver à maturité sur la Côte Est, notamment en Massachussetts et au New Jersey. En Chine, les récoltes de riz furent calamiteuses en raison du froid, des chutes de neige ont même été observées au coeur de l'été sur les reliefs.





Pour aller plus loin : La plus importante éruption historique connue : Tambora en 1815 sur Culture Volcan.


 

Publié le 24 juillet 2017 @ 07:12

Bilan de la vague de chaleur du 17 au 20 juillet 2017

Bilan général de la 1ere partie de l'été


Cette 4eme vague de chaleur de l'année (et 3eme de l'été) fut également la plus courte. Mais la première partie de l'été 2017 est déjà exceptionnelle car elle s'inscrit comme l'une des plus chaudes pour la période 1947-2017.


 



En effet, en anomalie de température moyenne sur la métropole, le début de saison est classé 3eme derrière les épisodes historiques de 2003 et 1976 :


+3.3°C en 2003


+2.5°C en 1976


+2.4°C en 2017.


 


La vague de chaleur du 17 au 20 juillet


Quelques records de températures ont été battu au cours de cette vague de chaleur, mais l'épisode n'a pas été suffisamment long pour qu'une vigilance canicule soit déclenchée (comme ce fut le cas à la fin du mois de juin et même au début du mois de juillet).


Voici les températures minimales et maximales relevées en France durant cette période :


Cliquez sur les cartes pour les agrandir


Lundi 17 juillet 2017



 


Mardi 18 juillet 2017



Cette journée du 18 juillet 2017 fut incontestablement la plus chaude de la série avec un maximum de 38,2°C à Saint-Jean-de-Luz (64) et  37,7°C à Dax (40).


 


Mercredi 19 juillet 2017



 


La nuit du 18 au 19 juillet 2017 fut exceptionnelle et des records absolus ont été battus :


  • Orly (ouverture en 1921): Record mensuel, et record absolu égalé avec 23,5° (comme le 11 août 2003)
  • Melun (ouverture en 1947): Record mensuel et absolu égalé avec 21,5° (comme le 6 juillet 1952)
  • Creil (ouverture en 1954): 21,9°C. Record absolu battant les 21,4°C du 2 juillet 1968
  • Aubigny/Nère dans le Cher (ouverture en 1990): 22,8°C. Record absolu, battant les 22,4°C du 10 août
  • Blois (ouverture en 1990): 22,9°C, égalant le record absolu du 10 août 2003
  • Nemours en Seine-et-Marne (ouverture en 1990): 23,7°C. Record absolu battant les 22°C du 13 août






 

Publié le 23 juillet 2017 @ 13:34

Juin 2016 de nouveau très chaud à l'échelle mondiale

La NOAA (institut météo américain) a mis en ligne son bilan climatologique mensuel mondial. Juin 2017 a été le 3ème plus chaud observé sur la planète sur la période couverte par l'indicateur (soit depuis 1880) après juin 2016 et juin 2015. D'autres organismes avaient auparavant conclu à un classement quelque peu différent (2ème plus chaud après 2016 pour l'européen Copernicus et 4ème plus chaud après 2016, 2015 et 1998 pour l'américain NASA).



La carte ci-dessous expose les secteurs où les températures ont été excédentaires et ceux où il fit plus frais que la normale 1981 / 2010, notamment entre Europe et Afrique du Nord.



La carte ci-dessous décrit les écarts concernant les précipitations. 



Les principaux évènements sur la planète : 



Accédez ici au bulletin complet.


 

Publié le 23 juillet 2017 @ 08:18

Arrêtés sécheresse sur près des deux tiers de la France

Les pluies orageuses ont été localement très abondantes depuis le début du mois de juillet mais particulièrement inégales. Il est par exemple tombé 90 mm sur Paris-Montsouris mais 7 mm à Rouen et 4 mm à Caen. Les pluviomètres d'Ajaccio, Bastia, Nice, Montpellier et Marseille sont au sec. 

Malgré ces irrégularités, de manière globale, les déficits pluviométriques perdurent voire s'aggravent depuis le début de la saison hydrologique (à savoir depuis septembre 2016).





De fait, 170 arrêtés sécheresse concernent désormais 62 départements.



Une dégradation orageuse se profile pour la 3ème semaine du mois mais les précipitations seraient de nouveau bien inégales et épargneraient en partie le bassin méditerranéen.


 

Publié le 22 juillet 2017 @ 07:19

Troisième pic de chaleur de l'été avant les orages

Cette mi-juillet est fortement caniculaire entre le Maghreb, le Portugal et l'Espagne où les températures ont atteint 47,3°C à Montoro (record absolu), 46,9°C à Cordoue (record absolu) et 40,2°C à Madrid-Retiro (record mensuel) jeudi 13 juillet. Ces fortes chaleurs gagneront la France de manière atténuée à partir de lundi. Cette hausse sensible du thermomètre sera la troisième d'un début d'été particulièrement chaud.



On ne parle cependant pas de canicule au niveau national car des orages font rapidement baisser les températures par l'Ouest dès ce mercredi. La séquence sera plus durable donc plus pénible sur l'Est et la journée de mardi aura été la plus chaude en moyenne sur la France avec une pointe à 38,2°C à Saint-Jean-de-Luz (64)


 


Températures maximales mesurées MARDI      


                                


Températures maximales prévues pour MERCREDI ET JEUDI : les fortes chaleurs s'éloignent rapidement vers l'Est



 


Risque d'orages prévu pour mercredi par le site Keraunos


et cumuls de pluies prévus entre mercredi 0h et jeudi 0h - carte ARÔME @infoclimat





Les records mensuels de chaleur ne devraient pas être battus durant cet épisode.



Santé publique France rappelle les conseils simples à adopter et qui doivent s’appliquer à tous, y compris aux personnes en bonne santé, pour lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur (>>).




 

Publié le 19 juillet 2017 @ 19:15

4ème mois de juin le plus chaud au niveau mondial

Selon la NASA, juin 2017 se classe au 4ème rang des mois de juin les plus chauds au niveau mondial après 2016, 2015 et 1998 (l'indicateur couvre une période débutant en 1880). L'anomalie s'élève à +0,25°C par rapport à la moyenne 1981 / 2010 et +0,69°C par rapport à la moyenne 1951 / 1980.





C'est vers l'Europe Occidentale que les excédents ont été les plus forts, en France notamment où seul juin 2003 s'était révélé plus chaud encore. Par contre, contrairement aux mois précédents, les régions polaires ont été fréquemment plus froides que la normale. La NOAA rendra son rapport d'ici quelques jours.


 

Publié le 16 juillet 2017 @ 07:10

Jacques Kessler : météo sur Radio France de 1979 à 2013

L'une des plus célèbres voix de la météo a pris une retraite méritée il y a 4 ans : Jacques KESSLER a présenté son dernier bulletin sur les antennes de Radio France dimanche 14 juillet 2013, après 34 ans d'antenne. C'est en effet le 30 juin 1979 que les auditeurs avait découvert les accents méditerranéens de ce nouveau présentateur météo, appelé alors à seconder René Chaboud. Radio-France avait fait le choix de maintenir des ingénieurs de la météorologie nationale à l'antenne, tandis que les autres grandes radios préféraient mettre en avant leurs présentateurs maison (Jean Breton sur RTL, Claude Gury sur RMC ou encore Albert Simon sur Europe 1).

Dès 1981, Jacques KESSLER intervenaient sur les ondes depuis le centre météorologique de Marseille-Marignane où il était basé (tandis que son collègue René Chaboud intervenait depuis celui de Lyon-Bron). 



Au-delà des bulletins météo, Jacques KESSLER a publié plusieurs livres traitant de la météo, dont le célèbre "La météo de la France" en 1985, le premier ouvrage de vulgarisation des normales climatologiques. 



Au cours de sa carrière, ses bulletins les plus éprouvants furent sans conteste ceux d'un certain 26 décembre 1999. Jacques KESSLER assurait le direct sur France Inter tandis que la tempête ravageait le nord de la France. Malgré l'incroyable pression qui pesait alors sur ses épaules, les témoignages plus catastrophiques les uns que les autres se multipliant à l'antenne, il ne se laissa pas déstabiliser et tenta de trouver les mots justes pour informer au mieux les auditeurs.


 

Publié le 16 juillet 2017 @ 07:10

Orage & crue éclair au Grand Bornand le 14 juillet 1987

Il y a 30 ans, le 13 juillet 1987 au soir, les bulletins météo annonçaient des orages sur le Sud de la France, isolés sur les Alpes... 

 

L'activité orageuse s'avéra particulièrement intense sur le massif des Aravis en Haute Savoie ce 14 juillet 1987. A 15 h, un fort orage de grêle s'est abattu sur la montagne, occasionnant le débordement des ruisseaux qui tombent en cascades jusqu’au Chinaillon, entraînant dans leur course de nombreux débris. A 17 h 30, un second et violent orage éclata en amont du Grand Bornand. Des précipitations abondantes et continues, accompagnées de grêle, déferlèrent sur le bassin du Borne. L’orage dura entre 1 h 30 et 3 h selon les endroits. Le cumul des précipitations relevées sur un pas de temps de 3h à la station de Pont-de-Venay fut de 93,2 mm avec une forte concentration des pluies dans la première heure. 

L'orage provoqua un ruissellement intense sur une zone déjà saturée. Les deux torrents affluents au Grand Bornand eurent des crues concommitantes. Diverses estimations ont convergé vers un débit de l'ordre de 200 m3/s, soit une valeur ayant une durée de retour d'au moins 170 ans. La crue ravagea un camping et provoqua la mort de 23 personnes (2 corps n'ont jamais été retrouvés) et des dommages évalués à 107 millions d'euros (journaux télévisés d'Antenne 2 et de FR 3).

 

 


Plusieurs articles reviennent en détail sur cet évènement (1 - 2) qui provoqua une polémique expliquée en détail par Guy Blanchet sur la lettre d'information "Météo et climat Infos" édité par la Société Météorologique de France. 



Un autre orage du même type s'est déclenché au même endroit 10 ans plus tard (le 25 août 1997), provoquant une grande frayeur mais ne faisant pas de victime selon cet autre article de Guy Blanchet publié dans la revue Nimbus de la Société Météorologique Italienne



Retrouver cet évènement et bien d'autres sur notre almanach et notre chronique


 

Publié le 15 juillet 2017 @ 08:43
IMPORTANT : Ce site Web n'est pas la propriété ou partenaire direct de Météo France.
Les relevés présents sur le Réseau Météo Français sont issus de stations météo privées
et ne peuvent en aucun cas se substituer à la consultation des informations météorologiques d'organismes professionnels.