warning Si vous constatez un dysfonctionnement sur le Réseau Météo français, veuillez me tenir informé. Merci d'avance ! warning

Flux RSS de meteo-paris.com


Août 2017 sur le podium des plus chauds selon la NASA et NOAA



La NASA (>>) ainsi que la NOAA (>>) viennent de mettre en ligne leur bilan climatologique mensuel mondial. Et comme le confirmait récemment le programme de surveillance européen Copernicus (>>), le précédent mois d'Août 2017 se résume comme étant sur le podium des plus doux depuis 1880 à l'échelle planétaire !



Selon la NOAA, l'anomalie par rapport à la normale établie sur l'ensemble du 20e siècle s'élève à +0.83°C. Ce qui placerait Août 2017 au 3e rang des plus doux depuis 1880. Un podium composé des mois d'Août de l'année... 2016 (+0.90°C) et 2015 (+0.88°C) !




Anomalie de température mondiale en Août depuis 1880 – NOAA



 


Du côté de la NASA, cette anomalie s'élèverait à +0.85°C par rapport à la période 1951-1980. Pour cette institution, Août 2017 serait cette fois le second plus chaud de l'histoire récente, à peine en deçà du record d'Août 2016 marqué par le phénomène El Niño (anomalie de +0.99°C).



Anomalie de température mensuelle mondiale depuis 1880 – NASA


 


Dans les deux cas, ce mois confirme la tendance selon laquelle les années 2015, 2016 et 2017 font parti du podium des années les plus chaudes à l'échelle planétaire. Pire encore, il est bon de noter que les 5 années les plus chaudes jamais observées à travers la planète l'ont été lors de cette décennie 2010. Seules les années 2011 et 2012 ne font pas parti de ce top 5.




Anomalie de température mensuelle mondiale - classement des 10 années les plus chaudes - NOAA


 


Les zones ayant observé des températures sous les normes sont relativement rares. Seul l'Est des Etats-Unis, ainsi que la partie la plus septentrionale de la Sibérie ont véritablement connu un mois d'Août plutôt frais. La majorité du globe ayant à l'inverse subie des températures plus élevées que la normale : une anomalie qui s'avère plus importante sur le Nord du Canada, sur l'Est de l'Europe ou encore sur la Russie Occidentale.



Répartition de l'anomalie de température (océans + continents) en Août 2017 – NOAA


 


Les principaux évènements recensés sur la planète au cours du mois d'Août font, comme lors de ces derniers mois, référence à des pics de chaleur remarquables sur la plupart des continents. Seule l'Amérique du Nord se démarque avec le mois d'Août le plus frais depuis 2009 (et le 22e plus frais depuis 1910).



Liste des évènements significatifs au cours du mois d'Août 2017 - NOAA



 


 

Publié le 24 septembre 2017 @ 00:55

Bilan de l'ouragan Maria entre Antilles et Porto-Rico



L'activité cyclonique en cette saison 2017 semble particulièrement active sur l'Atlantique Nord. Après l'ouragan Harvey fin août (>>), mais également José et surtout Irma durant la première moitié de Septembre (>>), les systèmes tropicaux se multiplient ces derniers temps, et c'est cette fois Maria qui a monopolisé toute l'attention cette semaine.


Un événement dont le premier chapitre s'est déroulé le 16 septembre, lorsqu'une zone orageuse prendra en vigueur à un bon millier de kilomètres à l'Est de l'arc Antillais, à la longitude de la Guyane française. En zone particulièrement favorable, le centre américain de surveillance cyclonique (National Hurricane Center NHC) estime alors à 90% la probabilité de voir évoluer ce système en ouragan au cours des prochains jours.


Il ne faudra alors attendre que 36 heures pour voir ces dires confirmés : dès la fin de journée du 17 septembre, Maria devient le 7e ouragan de l'année sur le bassin Atlantique (catégorie 1) avec des rafales estimées à environ 120km/h. Sa trajectoire Ouest-Nord-Ouest ne laisse alors peu de doutes sur le fait que l'arc Antillais sera une nouvelle fois impacté, seulement quelques jours après le passage d'Irma (>>)


Les diverses prévisions émises à partir des multiples modèles numériques restent toutefois modérées par rapport à Irma, puisque Maria devait atteindre la partie Nord des Antilles en tant qu'ouragan de catégorie 1, voire 2 (rafales autour de 150 à 160km/h). Mais malheureusement, rien ne se passe comme prévu. L'ouragan fini par s'intensifier de façon incroyablement rapide et inattendue, bien au delà de toutes les modélisations précédentes. La pression au niveau de l'oeil chute de manière spectaculaire (-38hPa en une demi-journée) et les vents atteignent des valeurs remarquables. En soirée du 18 septembre, alors que Maria n'a pas encore traversé l'arc Antillais, l'ouragan atteint le stade d'ouragan majeur, avant d'être classé officiellement en ouragan de catégorie maximale (5/5) contre toute attente, bien au delà de toutes les prévisions initiales.



Intensité des vents de l'ouragan Maria - comparaison avec les prévisions initiales d'un panel de modèles au 16 septembre 2017


La Martinique et la Guadeloupe sont placées en vigilance cyclonique « violette », synonyme de confinement obligatoire. Mais c'est au final la Dominique, située entre nos deux départements d'Outre-Mer, qui sera traversée de part en part par l'oeil du cyclone. Avec une pression atmosphérique de 925hpa, ce ne sont alors pas des rafales de 150km/h mais de 260km/h qui vont ravager entièrement cette île de plus de 70 000 habitants durant la nuit du 18 au 19 septembre. Alors que les contacts avec l'île sont rompus, le Premier ministre de la Dominique Roosevelt Skerrit lui même sinistré (résidence inondée, toiture arrachée) est alarmiste sur la situation. « Les premières informations font état de destructions très étendues. A ce stade, nous avons perdu tout ce qui pouvait être perdu » déclare t il via les réseaux sociaux. Des dires rapidement confirmées puisque la Dominique est totalement sinistrée. La situation est catastrophique et la plupart des habitations sont endommagées voire totalement détruites. Les communications sont majoritairement coupées, et la population est privée d'eau potable ainsi que d'électricité. Le bilan humain est lourd puisque 15 personnes trouvèrent la mort à son passage. Il s'agit du premier cyclone de catégorie 5 à avoir touché l’île depuis le recensement des cyclones.



Rue dévastée à Roseau, capitale de la Dominique - 21 septembre 2017 - AFP / Libération



Dégâts à la Dominique - source TTWeatherCenter‏


Malgré de fortes pluies ainsi que des rafales dépassant en pointe les 120km/h sur le nord de l'ile, la Martinique parvient à rester à l'écart des conditions les plus dantesques. Une situation bien plus contrastée pour la Guadeloupe, et notamment les îles des Saintes passant plus proche du mur de l'oeil, avec des rafales ayant potentiellement dépassé les 200km/h, provoquant de nombreux dégâts, et plogeant 40% de la population dans le noir. Le bilan humain, bien que plus limité qu'en Dominique, fait tout de même état de deux morts, deux disparus et de nombreux blessés.